Nouvelle fête a enflammé le quartier des Ruelles

08 novembre 2014

 

 l’association Les Ruelles, présidée par Francis LALLEMANT, avait organisée une journée festive, « La première nuit des Lum’rottes ».

 

Que sont ces lum’rottes ?

 

Les Lum’rottes font essentiellement partie du patrimoine belge. Il s’agit tout simplement de betteraves fourragères évidées afin d’y loger une bougie et entaillées pour simuler les yeux, le nez, la bouche d’un personnage hideux. Selon l’auteur belge Richard De Braekeleer, et selon la tradition, les enfants et parfois même les adultes les « plaçaient la nuit tombante dans des endroits lugubres (cimetières, sentiers, fenêtres, etc.) pour impressionner les peureux ou les superstitieux. L’essor d’Halloween a estompé ces jeux d’enfants, la collecte de friandises et les citrouilles remplaçant les betteraves et leurs illuminations ».

 

Une fête aux allures d’Halloween…

 

Une semaine après la fête d’Halloween, il était encore temps de se remettre dans l’ambiance. Cette fête a d’abord démarré l’après-midi avec la démonstration de judo, pendant que quelques enfants participaient au creusement des betteraves et à la création de masques en forme de citrouille ou encore de lampions, parce que la majeure partie de ces festivités s’est déroulée dans la pénombre.

Vendues aux riverains au niveau du square du peuplier noir et dans les rues du quartier, les lum’rottes allumées ont servi à éclairer les façades au coucher du soleil pour le passage des groupes invités.

 

Et le quartier renaît…

 

Le quartier est longtemps resté sans activité. Depuis la création de l’association, celle-ci la fait revivre par la fête des voisins, la brocante,… et aujourd’hui, la nuit des Lum’rottes.

A l’image des défilés des fêtes de quartiers, les associations Média Jeunesse et Body Dance ont ouvert la danse dans les rues. Deux groupes avaient aussi fait le déplacement pour sillonner les rues autour de la maison de retraite. Le premier fut l’association portugaise, Les Etoiles du Nord, présidée par Marilène DA ROCHA, l’accordéoniste du groupe. Elles sont venues faire redécouvrir le folklore portugais, sa musique et ses costumes traditionnels. Le second fut beaucoup plus bruyant. Les Reds Devil, un groupe de percussions anzinois a parcouru le même chemin et a même fait une halte à l’intérieur de La Résidence d’Automne où les résidents, en plein déjeuner, en ont eu plein les oreilles.

La batterie fanfare a suivi, et chacun son tour, les groupes se sont produits sur le podium, au pied du peuplier noir.

Là, était montée la lum’rotte géante qui n’attendait qu’à s’enflammer. C’est vers 23h que cet amas de bois et de paille s’est embrasé à la grande joie des participants qui, dans ce froid de canard, se sont réchauffés.

 

C’est dans la plus pure tradition des fêtes ancestrales que le quartier des Ruelles a été animé. Ce fut une renaissance pour ce folklore perdu et une autre pour ce quartier qui se déploie.

 

IMG_7031 IMG_7031  IMG_7044 IMG_7044  IMG_7069 IMG_7069  IMG_7074 IMG_7074  IMG_7113 IMG_7113  LVB_7035 LVB_7035  LVB_7163 LVB_7163  

 

photos : Guillaume Huart, ville de Bruay sur l'Escaut